Imprimer cette page

Fonds photographique de la guerre 1914-1918

Fermer le formulaire de recherche

Sommaire

 

Présentation du fonds

-+
Titre : Fonds photographique de la guerre 1914-1918Cotes extrêmes : 37 Fi 1-421
Auteurs :
par Yoann  
Dates extrêmes : 1914-1920
Année de publication : 2014 
  • CONTEXTE :

  • Présentation du producteur

    La collection de photographies réunit 421 tirages dont 175 ont pu être attribués à cinq photographes ou agence photographique.

    Une part importante de ces tirages a été réalisée par le bordelais Lucien Gourdin (1871-1924). Ancien élève de l'école des beaux-arts de Bordeaux, Gourdin, en 1905, ouvre son atelier au 14-16 rue Paul-Bert dans la maison familiale où son père a installé son entreprise de menuiserie. Il devient le photographe attitré du journal "La Petite Gironde", et ses clichés, très régulièrement reproduits dans le quotidien, servent aussi à illustrer l'"Almanach de la Petite Gironde" publié chaque année. Parallèlement, il développe une seconde activité, l'édition de cartes postales. Son frère cadet Henri reprendra l'affaire à partir de 1924.

    Henri Le Maillot (Saint-Malo 1866-Bordeaux [1953]) fonde en 1919, avec Charles Héreau, la société Photographie industrielle du Sud-Ouest, et s'installe rue du Pas-Saint-Georges. Pendant près de 40 ans, elle reste la seule entreprise spécialisée dans la photographie de paysages industriels. Toutefois, lors de ses premiers reportages, il s'intéresse aux militaires américains cantonnés à Bordeaux pendant la Grande Guerre.

    Jean Séréni (Arcachon 1883-Bordeaux 1945) est actif de 1905 à 1945. Il reprend l'affaire florissante fondée par son père Jean-Baptiste en 1874. Photographe de talent, il se spécialise dans la réalisation de portraits puis dès la fin des années 1930, dans la photographie d'identité.

    Les frères Panajou, Fernand (Santiago du Chili 1855- Bordeaux 1926) et Rémy ( ?-1931), prennent la succession de leur père, Henri. La renommée de la maison de photographie est grande ; elle reçoit de nombreuses récompenses en France et à l'étranger. Ils feront de l'édition une seconde activité.

    L'agence de presse fondée à Paris sous le nom d'agence Rapid devient Meurisse en 1909. Elle doit son nom au photographe belge Louis Meurisse (1872-1935). Installée à Paris, elle se spécialise dans les reportages et couvre les champs politique, artistique, scientifique ou sportif de l'actualité française et internationale, des années 1909 à 1937.

  • Historique de la conservation

    Le fonds photographique de la Grande Guerre forme une collection de tirages d'époque constituée par le service des Archives Bordeaux Métropole.

    Ces photographies, à l'origine intégrées dans le fonds iconographique général, ont anciennement fait l'objet de descriptions succinctes sur fiches cartonnées classées selon un cadre méthodique non réglementaire. De fait, elles étaient réparties entre plusieurs thèmes : faits historiques, sites et monuments, foires, visites officielles, cérémonies.

  • Modalités d'entrées

    Les photographies, sauf mentions contraires, ne présentent aucun numéro d'entrée. De nombreux reportages correspondent pourtant à des articles des séries modernes, en particulier les séries D, H, K. De plus, les quelques mentions d'origine rencontrées font état de provenance de personnels de l'administration municipale. Il est donc vraisemblable que leur provenance soit d'origine publique, peut-être directement liée au service de presse du Cabinet du maire.

  • CONTENU ET STRUCTURE :

  • Présentation du contenu

    Le fonds est exclusivement constitué de tirages photographiques positifs.

  • Mode de classement

    Le travail de classement a tout d'abord consisté à recenser l'ensemble des photographies pour les décrire en un seul instrument de recherche. Réorganisées par reportage, elles ont alors intégré un plan de classement qui propose une chronologie relative, du départ des troupes et de l'arrivée du gouvernement à Bordeaux à l'Armistice et aux commémorations de 1919. Les mentions aposées au dos des clichés ont servi de base aux intitulés et descriptions après vérifications et rectifications éventuelles.

  • CONDITIONS D'ACCES ET D'UTILISATION :

  • Statut juridique

    Archives publiques

  • Modalités d'accès

    Consultable sous forme numérique.

  • Modalités de reproductions

    La reproduction de documents appartenant à la Ville de Bordeaux et conservés aux Archives Bordeaux Métropole peut donner lieu à la perception d'un droit de reproduction. Elle peut également être soumise à des droits relevant du code de la propriété intellectuelle.

  • Langue et écriture des documents

    Français

  • SOURCES COMPLEMENTAIRES :

  • Sources complémentaires internes

    Il conviendra de consulter les articles des fonds modernes des communes de Bordeaux et de Caudéran. Des sources complémentaires apparaissent également en iconographie, dans certains fonds privés et dans la presse locale.