Essor des activités industrielles et économiques

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, Bordeaux connaît une industrialisation intensive. Aux secteurs alimentaires et agricoles traditionnels s’ajoutent de nouveaux secteurs comme la métallurgie, la construction mécanique, la chaudronnerie, la chimie. Le train attire les usines.

C’est que le temps de transport diminue et réduit considérablement les distances : en 1853, le trajet entre Paris et Bordeaux passe de 45 heures par diligence à 13 heures 10 ! Et ce progrès technique se poursuit, notamment grâce à l’électrification de la ligne en 1938, réduisant ce trajet à 6 heures.

Dans ce contexte de trafic et d’import-export, le port reste un élément majeur et central, entre les différentes gares et les compagnies ferroviaires, entre la ville, l’arrière-pays et les contrées lointaines