expositions virtuelles

© Archives Bordeaux Métropole, Fi 21 L 184 (détail)

 

Les expositions virtuelles sont l’occasion de présenter différents documents, écrits ou illustrés, issus des fonds des Archives, autour de thèmes variés.


Imprimer cette page

Aux Archives citoyens !

Porte de Bourgogne, Projet de décoration de Cyprien Alfred-Duprat, sept. 1919, BORDEAUX 26 Fi 62

Les principes fondamentaux de la constitution du patrimoine archivistique, de sa conservation et de sa communication au public sont posés par la Révolution française. On passe alors du secret et de l’arbitraire subis par les sujets du roi à la transparence et à la garantie des droits pour chaque citoyen. 


Ce principe de transparence administrative est énoncé dès le 26 août 1789 par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen en son article 15, qui stipule que « La Société a droit de demander compte à tout Agent public de son administration ». 

En découle le principe du libre accès aux archives, tel que l’énonce la loi sur les archives du 7 messidor de l’an II (25 juin 1794) : « Tout citoyen pourra demander, dans tous les dépôts, aux jours et heures qui seront fixés, communication des pièces qu’ils renferment ; elle leur sera donnée sans frais et sans déplacement, et avec les précautions convenables de surveillance ».

Ce patrimoine contribue pleinement à forger la citoyenneté. Textes, affiches, images issus des fonds conservés proposent ainsi un regard sur la conquête des libertés démocratiques.


Aux Archives citoyens !

Bordeaux et la folie du chemin de fer, 1838-1938

frac033063_fi52_d_0130_r_q.jpg

Le chemin de fer, nouveau moyen de locomotion venu d’Angleterre, se répand rapidement en Europe dans les années 1830. En 1838, un an après l’inauguration de la première ligne de voyageurs en France (Paris-Saint-Germain-en-Laye), Bordeaux emboîte vite le pas. Stendhal, en séjour dans le port de la Lune, témoigne de cette « folie du chemin de fer ». Commence en effet le chantier de construction de la première ligne au départ de Bordeaux et à destination de la Teste, inaugurée en 1841. Au plan national, cet engouement est cadré par la loi du 11 juin 1842, organisant le réseau ferroviaire en étoile depuis Paris. Cette exposition illustre la transformation des paysages urbains, en présentant une sélection de documents écrits ou figurés majeurs pour comprendre l’histoire du chemin de fer à Bordeaux.


Bordeaux et la folie du chemin de fer, 1838-1938

Bordeaux pittoresque : les aquarelles d’Edmond Fontan (1854-1929)

© Archives municipales de Bordeaux, Fi 9 S 49 rec 38 (détail)

Issu d’un milieu modeste –son père était tailleur de pierre – Edmond Fontan (Bordeaux, 9 mai 1854- 18 février 1929) est dessinateur pour la Compagnie des chemins de fer du Midi. Il pratique l’aquarelle par loisir, s’intéresse à la vieille cité de Bordeaux et sillonne la région. Maîtrisant parfaitement la technique, il s’attache à restituer les matériaux et les ambiances. Il expose au Salon de Paris dès 1882. Membre de sociétés artistiques locales, comme la Société des amis des arts ou l’Atelier, il reçoit de nombreuses médailles.

Une sélection de ses œuvres propose une visite du vieux Bordeaux à la charnière des XIXe et XXe siècles.


Bordeaux pittoresque : les aquarelles d’Edmond Fontan (1854-1929)

Une forteresse au cœur de la Cité : le château Trompette

© Archives municipales de Bordeaux, Fi 21 S 135 (détail)

Place des Quinconces. Cette esplanade bien connue des Bordelais et des touristes pour ses dimensions exceptionnelles est depuis le XIXe siècle le lieu de foires et de manifestations diverses. Beaucoup ignorent pourtant que se dressait ici autrefois une imposante forteresse.
A partir d’éléments rassemblés et présentés en 1966 par Jean-Paul Avisseau, alors directeur des Archives municipales, et s’appuyant sur de récentes recherches, cette exposition propose de revenir sur les principales dates de l’histoire de cette construction militaire implantée au cœur de la cité.


Une forteresse au cœur de la Cité : le château Trompette

Bordeaux et l'indépendance américaine : une sélection des Archives

montage_intro.jpg

À l’occasion de la venue à Bordeaux de l’Hermione, les Archives municipales évoquent les liens étroits entre Bordeaux et les Etats-Unis pendant la guerre d’indépendance américaine (1776-1783). Avant d’embarquer à Rochefort sur l’Hermione en 1780, c’est en effet depuis Bordeaux qu’en 1777, La Fayette se rend pour la première fois en Amérique du Nord à bord de la Victoire, pour apporter son aide aux insurgés américains. Mais les liens entre Bordeaux et la jeune république ne se limitent pas à cet embarquement…


Bordeaux et l'indépendance américaine : une sélection des Archives

Représenter Bordeaux

Affiche "Représenter Bordeaux" - 2009 - BORDEAUX

EN CONSTRUCTION

Conçue initialement par l’Institut Ausonius et les Archives de Bordeaux en 2009, à l’occasion de la parution de l’Atlas historique de Bordeaux, l’exposition Représenter Bordeaux est aujourd’hui déclinée en format numérique. Elle réunit une vingtaine de plans et représentations les plus significatifs de Bordeaux depuis la Renaissance, conservés aux Archives.
Vues cavalières et plans d’ensemble, manuscrits ou gravés, en grand format ou de poche, illustrent l’évolution des systèmes de représentations. En contrepoint, une partie est consacrée aux reconstitutions à plusieurs siècles de distance, du Bordeaux antique et médiéval, par les historiens et archéologues des XIXe et XXe siècles.
Ce voyage dans le temps donne au visiteur les clés pour comprendre comment se sont construits et se construisent encore aujourd’hui les plans de ville que nous utilisons quotidiennement.

Bordeaux connaît au fil du temps un profond renouvellement de son urbanisme et de son image. Cette mutation des formes et de l’apparence urbaine s’ancre dans une histoire plus ancienne, celle de la représentation cartographique de la ville débutée dans le second quart du XVIe siècle.

La représentation, c’est-à-dire le fait de « mettre en présence », a deux fonctions : l’une, de représenter le réel, l’autre, de le mettre en scène, ce qui suppose interprétation de la part du concepteur comme du spectateur. Ce principe s’applique aussi bien aux vues et plans contemporains des XVI e -XIXe siècle, qu’aux restitutions de la ville antique et de la fin du Moyen Âge réalisées par les historiens depuis la fin du XVIII e siècle.
États contemporains ou restitués permettent ainsi de saisir l’évolution de l’urbanisme bordelais et celle des techniques de représentation. Pourtant, auteurs et commanditaires n’explicitent pas clairement les intentions et les points de vue qui sous-tendent leurs œuvres. On peut néanmoins distinguer des dispositifs de mise en scène, des modèles culturels, politiques ou économiques qui ont guidé leur choix. Les fonctions des vues et des plans sont donc multiples : voyager en contemplant l’image, décrire les caractères stratégiques du site, mettre en avant le dynamisme portuaire ou les embellissements urbains…

 


Représenter Bordeaux


rendez-vous

  • Oppression et combats, la quête de libertés pour les LGBT

    Le 09/04/2019

    Conférence à 19h par Alexandre Sentucq, guide conférencier
    En partenariat avec l’association Tout Art faire

    En savoir plus
  • "Révélations sur le soldat inconnu de l'Arc de triomphe"

    Le 26/03/2019

    Conférence à 19h par M. Jean-Yves le Naour, docteur en histoire, spécialiste de la Première Guerre mondiale 

    En savoir plus

actualités

  • Offre de vacation rémunérée

    Du 01/05/2019 au 31/08/2019

    Le service de la conservation des Archives Bordeaux Métropole recherche un agent de conservation préventive pour une vacation de 4 mois à compter du 1er mai jusqu'au 31 août 2019. 

    En savoir plus
  • Trois offres de vacations rémunérées

    Le 10/04/2019

    Le service Traitement des fonds des Archives Bordeaux Métropole recherche trois agents pour des vacations rémunérées à partir de juin, juillet et septembre 2019.

    En savoir plus