Henri Gaden

30 images

Henri Gaden photographe (1867-1939)

Henri Gaden est né à Bordeaux en 1867, dans une famille de négociants en vins d’origine allemande. Il passe la plus grande partie de sa vie en Afrique de l’Ouest, où il est successivement militaire puis administrateur colonial. Il mène à bien des études philologiques et ethnologiques sur les cultures de l’islam noir.

Outre ses œuvres publiées, il laisse une collection importante de clichés photographiques, conservée aux Archives municipales de Bordeaux.

Sorti de Saint-Cyr en 1890, Gaden est d’abord nommé adjoint au résident de Bandiagara, chez les Dogons. Il participe ensuite aux côtés du colonel Gouraud, à la poursuite et à la capture de Samory Touré, dont l’empire opposa la plus longue résistance à la pénétration française en Afrique occidentale. Après plusieurs campagnes au Tchad et en Guinée, il opte en 1911 pour l’administration coloniale. Il devient en 1919 commissaire du gouvernement puis gouverneur général en Mauritanie, avec résidence à Saint-Louis du Sénégal. C’est là qu’il prend sa retraite en 1926, jusqu’à sa mort en 1939. Il publie à ce moment-là de nombreux travaux philologiques sur la langue et les textes des peuples musulmans d’Afrique occidentale.

Le fonds de 335 plaques de verre stéréoscopiques données en 1975 par sa famille aux Archives municipales de Bordeaux éclaire la double facette de sa personnalité de militaire et d’ethnologue. De nombreux clichés concernent les campagnes de conquête française. Gaden photographie le sultan Ahmadou (1833-1898), chef toucouleur, fils du prophète El-Hadj Omar, dont l’empire fut démantelé par les Français.

Il illustre de façon magistrale la poursuite et l’arrestation du chef malinké Samory Touré (vers 1837-1900), en septembre 1898, aux confins de la Haute-Guinée et de la Côte d’Ivoire. C’est dans les scènes de la vie quotidienne et les portraits, pris souvent pendant les opérations militaires, que Gaden laisse transparaître son intérêt d’ethnologue pour les sujets photographiés. Ses œuvres témoignent d’une proximité, notamment par des cadrages serrés et des clichés aux allures d’instantanés.

Qu’il s’agisse de scènes militaires ou civiles, Henri Gaden, avec un souci esthétique constant, grâce à la modernité de ses sujets et à l’originalité des angles de prises de vue, apparaît comme un photographe novateur pour son époque.


  • cl_2758_2759_1.jpg
  • cl_3190_3191.jpg
  • cl_3182_3183.jpg
  • cl_3378_3379.jpg
  • cl_3380_3381.jpg
  • cl_2752_2753_1.jpg
  • cl_3002_3003.jpg
  • cl_3146_3147.jpg
  • cl_2976_2977.jpg
  • cl_2832_2833.jpg
  • cl_3114_3115.jpg
  • cl_3108_3109.jpg
  • cl_2900_2901.jpg
  • cl_2908.jpg
  • cl_2909.jpg
  • cl_2820_2821.jpg
  • cl_2784_2785_1.jpg
  • cl_3066_3067.jpg
  • cl_2748_2749_1.jpg
  • cl_3082_3083.jpg
  • cl_2814_2815_1.jpg
  • cl_2816_2817_1.jpg
  • cl_3010_3011.jpg
  • cl_3056_3057.jpg
  • cl_3074_3075.jpg
  • cl_3070_3071.jpg
  • cl_3064_3065.jpg
  • cl_2874_2875.jpg
  • cl_3084_3085.jpg
  • cl_3008_3009.jpg