L'état civil

Avant 1789, les registres de baptêmes, circoncisions, mariages, sépultures sont tenus et conservés, sur ordre du roi, par les curés, pasteurs ou rabbins, les représentants des cultes autorisés.

La paroisse constitue à cette époque l’organisation administrative locale. À la Révolution, la situation évolue, avec notamment la création des communes en 1789.

Le 20 septembre 1792 un décret jette les fondements de l’état civil actuel qui devient laïque. Ce décret ordonne en effet la tenue par le maire de registres pour les étapes marquantes de l’existence de chaque individu – naissance, mariage, décès – et l’obligation de porter en mairie les registres antérieurement tenus pour les cérémonies cultuelles.

Cette laïcisation revêt un caractère hautement symbolique : le citoyen est désormais un acteur de la nation et non plus un sujet de Dieu. La religion devient quant à elle une affaire privée.

BORDEAUX D 100

L’état civil

3 documents